Tout savoir sur le métier de régisseur

Le régisseur est esponsable de la coordination de tout ce qui est lié au développement d’une scène, y compris le lieu et la partie technique ainsi que l’éclairage, la participation des acteurs et des figurants, les effets spéciaux, les costumes, le décor, les accessoires, la chorégraphie, l’emplacement et les mouvements des caméras et des grues, entre autres activités. C’est le responsable dans le détail auprès du directeur de la scène qui lui est confiée, en interprétant son concept.

Les objectifs de la tâche du régisseur

Projeter dans un espace tridimensionnel habité par des acteurs les idées principales de la pièce

L’objectif peut être de créer un sens vivant de la réalité, de représenter l’abstrait et le symbolique, de styliser ou d’exagérer le comportement humain, mais dans tous les cas, il obéit toujours à une règle ou à un dessin constant.

 Imposer délibérément une forme et un sens au secteur correspondant

En ce sens, le régisseur travaille comme n’importe quel artiste dans n’importe quel autre domaine expressif. Il est principalement chargé de veiller à ce que toutes les parties d’une production soient ordonnées et cohérentes, conformément à l’objectif de l’œuvre.

 Atteindre une norme de représentation dont l’œuvre ne doit pas s’écarter lors des représentations successives

À cette fin, il fera de chaque aspect de la production une norme immuable. À ces tâches s’en ajoute une autre, celle de faire en sorte que, bien que le spectacle soit parfaitement planifié, ordonné et que tous ses éléments forment un mécanisme étanche, il apparaisse au public comme quelque chose de spontané, de vivant et de libre.

Le matériel du régisseur

Le régisseur a beaucoup moins de contrôle sur ses moyens d’expression que les autres artistes, car il ne travaille pas avec des matériaux inertes auxquels il doit donner une forme et un sens, mais avec des êtres humains. Ce sont des personnes qui ont une volonté et des droits, et qui sont aussi des artistes, parfois de grand prestige et aux qualités exceptionnelles. Ils ne peuvent être traités qu’avec respect. En outre, la nécessité de coordonner les compétences et les volontés tout au long du processus exige un réalisateur au caractère particulièrement dialogique et diplomatique. Il ne peut pas faire étalage de son pouvoir ou l’exercer de manière despotique, en imposant sa volonté de manière stricte, mais il doit obtenir la coopération de tous sans l’exiger, en persuadant et non en imposant. Cela ne peut se faire qu’en donnant des raisons meilleures et fondées que celles que les acteurs, les concepteurs et les techniciens opposent aux conceptions du réalisateur.

D’autre part, il trouve une autre limitation à la libre expression, à moins qu’il ne soit aussi l’auteur. Son plan de mise en scène doit être basé sur le texte dramatique. Il n’a pas la liberté de s’exprimer dans son médium, comme d’autres artistes. Cela ne veut pas dire qu’il ne peut pas être créatif sur le support scénique, qui est le sien. La comparaison la plus proche peut être faite avec un chef d’orchestre, qui joue une partition donnée à l’avance.

Les décisions d’un régisseur sont toujours interprétatives. Cela signifie qu’il doit trouver les moyens d’exprimer le texte dramatique par la mise en scène. L’interprétation et la présentation constituent le domaine artistique du réalisateur. L’interprétation est toujours un acte subjectif. Ce n’est pas seulement le texte qui donne sa matière à l’acteur, aux concepteurs et aux techniciens, mais le texte tel qu’interprété par le régisseur.

L’autorité du régisseur vient du fait qu’il est capable de voir dans le texte tout ce qui n’est pas évident pour les autres lecteurs et aussi de synthétiser les significations en lignes directrices pour les différentes interprétations et œuvres artistiques. Ce que le réalisateur y apporte dépend de sa personnalité totale : connaissances, expérience, sensibilité, intuition et pouvoir d’imagination. Sa contribution au résultat final est difficile à mesurer et à évaluer. Sa main ne doit pas être évidente dans les œuvres de traitement réaliste et contemporainans. Dans ce cas, on parlera de direction discrète, basée sur le naturel, la fluidité et la sécurité. Dans les œuvres poétiques, les rituels ou la réinterprétation des classiques, la mise en scène sera puissante, d’une grande évidence, sinon elle manquerait d’émotion et d’énergie. Dans les deux cas, qu’il se concentre sur l’expression de l’œuvre elle-même ou sur sa propre expression, son travail sera toujours une recherche de forme et de sens.

Les qualités d’un régisseur

Les qualités et les capacités d’un régisseur sont les suivantes :

Une connaissance aussi large que possible de la littérature dramatique

Il ne s’agit pas d’érudition, mais d’une vision générale de la dramaturgie, de ses tendances et de ses époques, des grands modèles. Il doit également connaître le traitement de la langue, les styles de composition, les thèmes, les structures et la stylistique littéraire. D’une certaine manière, il doit se comporter comme un critique littéraire. Sa connaissance de l’histoire du théâtre doit également être étendue.

Il doit avoir une maîtrise absolue des thèmes centraux de son moyen d’expression

La connaissance des éléments de base des arts périphériques est également importante : musique, danse, peinture, architecture et sculpture. La connaissance du chant, de l’acrobatie et de la pantomime peut également être très utile.

L’inventivité et la puissance de l’imagination sont appliquées au mouvement scénique, au traitement des détails secondaires, à l’utilisation efficace des accessoires, des décors, des costumes et des lumières. Elle a la plus grande importance dans la découverte de ce que l’on appelle le sous-texte et son expression scénique.